Sokchearta
Thérapeute psycho-corporelle, Paris 11
Sokchearta

Voyage à travers ton essence

Thérapeute psycho-corporelle, Paris 11

Alignement, sens et part d'ombre


2024, Année 8 soit Abondance…Couplée à l’année du dragon soit la créativité, la chance…Ça met des paillettes et sourires dans les yeux des enfants et des plus grands enfants…avec cette croyance, youpppiiii fini les xxxxxx !!! La joie et le succès arrivent…Car l’abondance, c’est la grande quantité de quelque chose, l’aisance, dépassant les besoins nécessaires…

 

Quelle aubaine pour notre société qui entretient la course à la richesse matérielle et au succès individuel !

2024 : année de l' Abondance ?

Oui je crois à l’Abondance et je sens que je vais sur un sujet particulièrement complexe et tendancieux mais ma quête de congruence (alignement et cohérence entre ma pensée, mes ressentis, paroles et actions) m’amène de plus en plus à libérer ma parole que ce soit via cette newsletter ou dans mon podcast Douces Soeurs ; si tu ne l’as pas encore découvert, clique ici « J’écoute l’épisode OSER PRENDRE LA PAROLE »

 

Ma pensée n’est pas aboutit sur ce sujet mais lâcher mon « Sois parfaite » me permet de te partager mes 1ères clefs de compréhension, d’interprétation et réflexion. Car depuis le début d’année, j’entends des choses qui me rendent perplexes sur l’Abondance comme tous ces messages « Abondance = réussite de tous tes projets ; c’est le moment de faire tes voeux auprès de l’Univers ! ».  2024, année de l’abondance matérielle, de la richesse et de la chance !

 

Alors moi je pose cette question : en quoi une abondance matérielle amène de la paix et de la confiance dans ce monde 

Comme toi, j’ai été élevée dans ces croyances où il fallait à tout prix réussir socialement et financièrement, être la meilleure. D’ailleurs, enfant j’étais docile et j’ai bien joué le jeu. J’ai sauté 2 classes et j’ai eu mon BAC à 16 ans. Je devais être la meilleure et surtout je devais prendre une revanche pour ma famille immigrée, je devais réussir et être brillante. Alors j’étais parfaite (oui même pas peur de le dire) et j’étais 1ère de la classe, celle qui se levait tôt pour faire le ménage, celle qui préparait les repas…et puis je savais bien faire plaisir aux autres, je passais mon temps à me sacrifier pour les autres (et notamment mon père)….Oui j’étais un bon petit soldat…

 

Est-ce que ça m’a amené de l’Abondance à cette époque dans ma vie ? Non pas vraiment, à vrai dire, ma vie sociale était quasi vide et mes parents étaient loin de rouler sur l’or…Par contre, mon père m’a transmis une chose précieuse qui ne m’a jamais quitté, l’engagement…et ma mère, l’Amour.

 

Oui je pouvais me sacrifier pour les autres, pour eux, mes parents (et j’en ai aussi souffert) mais l’engagement et l’Amour sont des valeurs infinies que mes parents m’ont transmis. Car mes parents nous ont délaissé certes mais ils ont tout donné pour se battre pour l’accueil des réfugiés cambodgiens et leurs droits à l’asile soit quelque chose de plus grand et Universel, l’Humanité, la Justice…Et cela explique mes 15 ans dans l’humanitaire et mon approche thérapie humaniste. Et tout ce que nous partageons ensemble dans ton accompagnement thérapeutique.

La question du sens au coeur de l’Abondance

Aussi je crois que l’abondance sans ces notions de valeurs et de sens n’ont plus de place dans notre société. Et d’ailleurs, mes croyances autour de l’abondance résonnent autour des traditions hindouistes et donc du karma (causalité et enchaînement des actes et responsabilité). Elles amènent un cadre et donc une régulation de cette abondance ou opulence dans notre monde fait d’injustices.

 

Je pense qu’on simplifie souvent la spiritualité à « perchée et loin du monde matériel et réel »…Mais je crois qu’aujourd’hui, le monde réel est beaucoup trop violent et que la spiritualité amène une prise de distance pour rester dans le game non plus pour subir cette société violente et injuste mais pour pouvoir se mettre en action, redéfinir nos valeurs et nos idéaux…

 

Et puis qu’est-ce que c’est la spiritualité finalement ? Sortir du monde matériel pour amener de l’Amour et de la paix (Attention, je ne parle pas des gourous), je parle de la spiritualité telle qu’on l’entend notamment dans le bouddhisme (nous avons tous•tes une part en nous qui nous relie et qui se nourrit de l’Amour).

 

D’ailleurs, les bilans de compétence et coaching autour de la quête de sens se développent à tout va ! Aujourd’hui on parle d’ikigai (philosophie en provenance du Japon dont le principe est de trouver sa raison de vivre).

 

Et toutes les pratiques traditionnelles ne cessent de se développer (yoga, méditation fend shui, zen…) même si elles sont réappropriées aussi à des fins plus douteuses…Besoin de ralentir, de sortir de la matrice, de prendre de la distance et de se reposer les bonnes questions.

Retrouver du sens à travers sa part d’ombre

Se reposer les bonnes questions à travers ma raison d’être peut paraître effrayant, surtout quand on a l’impression que tout est déjà lancé ou au contraire tout reste encore à réaliser. Il n’y a pas d’âge pour se remettre en question mais sache que ton cerveau le fait très bien tout seul aussi ; c’est ce qu’on appelle les crises existentielles (et aujourd’hui, on n’est plus sur les dizaines comme 40aine, 50aine….). La brillante génération Z nous montre que tout est possible et qu’il n’y a plus d’âge (ou plus de notion d’années d’expérience accumulée) pour se remettre en question !

 

Et pourtant c’est cette question cruciale qui amène de l’estime et confiance en soi et cette notion d’harmonie, alignement ou authenticité. Et c’est ce qui se cache dans ta part d’ombre. Cette fameuse part d’ombre, l’espace de tout ce que tu as refoulé au fond de toi par peur de ne plus être aimé•e par les autres.

 

Ma part d’ombre peut être d’avoir rêvé d’être artiste enfant mais c’était plus entendable de faire des études de commerce car plus d’emplois à la clef possible…Alors je suis ces injonctions et fais cette école de commerce et je deviens chef•fe de projet ; YES I did it ! ET pourtant en parallèle, j’ai perdu du coffre dans ma voix et j’ai du mal à m’exprimer…J’ai perdu ma voie, je ne sais pas pourquoi je suis là. D’ailleurs je porte souvent des cols roulés ou un foulard et je suis souvent malade au niveau de la gorge ou ORL….

Et puis, chez moi, les femmes n’ont pas vraiment leurs mots à dire…Alors pourquoi en parler ?

 

Mais un jour, burn-out ou autre bouleversement, mais je me rends compte que non, je ne peux plus continuer et je cherche ma voix…Je redécouvre qu’enfant, j’aimais chanter et qu’on me voit. Alors au choix (selon les personnalités), je fais des études pour être comédienne ou sur les comédies musicales pour chanter et amener de la joie et des rêves d’émancipation (colère et courage de choisir sa vie)…Ou porter aussi par l’injustice de ne pas avoir pu m’exprimer, je deviens activiste….

 

C’est un exemple simplifié mais c’est ça qu’on cherche dans sa part d’ombre ! Tes talents, tes valeurs et ce que tu as toujours rêvé d’être et de faire, animé par tes valeurs tout en réajustant ou remettant en cause celles transmises par la famille pour que tu te te redéfinisses avec ta profonde essence.

C’est un vrai engagement avec toi même et c’est aussi un engagement pour les autres, pour que tu puisses reprendre ta place et faire sens.


Articles similaires

Abonnement à la newsletter

Envoyé !

Derniers articles

Lunaison de mars - Renaissance et retrouver l'équilibre pour oser changer

Retraite Avril 2024 : Audacieuses

Profiter de la douceur de février

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Institut Cassiopée

Connexion